Les Phases du Couple

Les phases du couple

de Sylvie Barth, chargée de mission pour le Couple et la Famille à Fondacio


 Pour vous aider à approfondir, vous pouvez rejoindre l'association FONDATIO: FONDACIO

 

Quand amour rime avec toujours

Les beaux contes finissent ainsi : « ils s’aimèrent et eurent beaucoup d’enfants ».

Dans la vie, c’est bien souvent à ce moment-là que les problèmes arrivent...

Mais si la vie à deux n’est pas un long fleuve tranquille, c’est parce que c’est une aventure ! Quelle boussole emporter ?

Tout couple qui dure traverse trois premières phases dans sa vie commune :

- la phase fusionnelle - c’est l’idylle : attirance physique forte pour chacun, idéalisation, bulle bienheureuse (entre six mois et trois ans environ…)

- la phase de désillusion - c’est la déception : agacements, limites, désaccord, différences… Certains couples mettent alors fin à leur histoire.

- la phase de lutte pour le pouvoir : on veut changer l’autre, faire le couple « à sa propre image », on veut contrôler et dominer (directement ou subtilement).

En phase de lutte pour le pouvoir, on cherche à s’adapter...

 

Les scénarios qui font mal

- bébé-couple : on se veut « identiques », on se « colle » l’un à l’autre, on fait « tout ensemble », donc ou on renonce à soi-même ou on absorbe l’autre en éludant tout conflit – cotonneux, mais étouffant !

- couple-explosif : disputes retentissantes suivies de réconciliations passionnées, l’orage guette sans cesse - épuisant pour les conjoints, et pour l’entourage !

- domination/soumission : un des conjoints plie de gré ou de force, bonjour la rancœur et le mépris . La vengeance guette,amère – lourd, triste, destructeur…

- célibataires cohabitants : chacun vit pour soi, à distance de l’autre. Peu ou plus de rencontre – distant, replié, sans saveur !

Ces quatre scénarios, qui peuvent alterner ou se combiner, altèrent peu à peu la qualité de vie du couple.

 

Compensations :

On peut tenter ensuite de remplir le vide avec

- loisirs dévorateurs : bricolage, informatique, sport, collections-passions.. ;

- personnes : copains, amies, mère, voire amant(e)

- suractivité : boulot, engagements extérieurs ; tâches quotidiennes, soins aux enfants, attention aux autres

- addictions : la cigarette, la bouteille, le jeu , la pornographie, l’ordinateur... Angoisse et malaise sont là, masqués.

Si on ne fait rien, la souffrance grandit et peut aboutir à la séparation…

 

Va-t-on rebondir ?

Hum... Les « deuxièmes » couples restent six fois plus fragiles que les premiers puisqu’on a tendance refaire les mêmes erreurs..

Pas de fatalité

Il est tout à fait possible de changer sa stratégie face à la lutte pour le pouvoir, donc de renouer avec le bonheur ensemble, sans se séparer.

 

Le scénario gagnant

Le partage du pouvoir : c’est donner le « pouvoir » au couple - on accepte librement soi-même de « changer pour le couple », en renonçant à « changer l’autre pour soi ». Tout en respectant mutuellement ses territoires respectifs et son espace d’autonomie, on se rejoint régulièrement dans des moments de qualité à deux ; on prend du temps ensemble pour inventer le bonheur, dans un amour authentique et non-jugeant.

C’est la porte ouverte à ce qu’on peut appeler le « véritable amour de couple », qui n’est pas seulement une émotion, mais un choix dans la durée, synonyme de vrai bonheur.

 

La phase de l’amour gratuit et équilibré

Chacun est conscient de ses faiblesses et de ses fragilités. Les conjoints s’aiment avec ces limites. Ils accueillent la vie et y font face en alliés. Ils sont moins centrés sur leurs revendications personnelles ; ils ont confiance pourtant que l’essentiel dont ils ont besoin sera pris en compte et honoré - ils identifient leurs besoins, mais n’en font pas reposer la responsabilité sur leur conjoint. Ils choisissent de s’aimer dans la durée, et investissent dans cette relation en s’en donnant les moyens.

- L’amour gratuit ne renonce pas à ses rêves, mais accepte d’en prendre les moyens

- Il n’attend pas tout de l’autre et de la vie, il construit et cherche.

- Il reçoit la limite comme une donnée et non une punition insupportable.

- Il intègre le temps comme une donnée amie.

- L’amour gratuit ne cherche pas à prouver, il chercher tout simplement à accueillir le bonheur quand il le peut, dès qu’il le peut, dans une joie simple et profonde que rien ne peut ravir.

- L’amour gratuit pardonne et donne une nouvelle chance à la relation chaque fois que « ça n’a pas été », ce qui est normal dans une relation humaine.

- L’amour gratuit ne confond pas, il permet le déploiement des personnes comme des « sujets », pour une vraie rencontre dans l’altérité.

- En s’enrichissant des différences, il accepte de ne pas « tout avoir » ni « tout régir », mais de choisir l’essentiel.

- Il n’est pas dans les nuages, mais dans le quotidien le plus simple, le lieu par excellence du rendez-vous du bonheur... Il accepte les petits accrochages et parie sur la durée, le pardon, la compassion, la tendresse.

 

C’est cette bonne nouvelle de l’amour du couple que Fondacio cherche à annoncer.

 

Le couple a de l’avenir, et il est ferment de bonheur et de fécondite.

En amour, en effet, quand la gratuité est au rendez-vous…

« Un bonheur est si vite arrivé ! » (Gérard Séverin)