Etre au bras de mon père ou de ma mère, le jour de mon mariage: une obligation?

Bonjour Père,

J'ai une amie dont les parents sont divorcés. Celle-ci va se marier prochainement et ne veut point informer son papa qui, selon les us et coutumes, devrait la conduire à l'autel. Personne n'arrive à la raisonner au sein de la famille.

Que pouvez-vous nous suggérer, car nous voudrions de tout notre coeur que son papa soit de la cérémonie.

Réponse:

Chers amis,

Ce sont toujours des questions délicates. On ne connaît pas la profondeur des blessures qu’engendrent un divorce chez l’enfant. Je me garderai bien de trop intervenir. Etre au bras du papa est une coutume, pas une obligation liturgique. Elle peut d’ailleurs être au bras de qui elle veut (un oncle, un ami, un collègue de travail...), ou processionner sans personne. Donc elle est dans son droit le plus strict. Vous n’avez pas à l’obliger ou à chercher à la contraindre. Je comprends bien votre désir. L’idéal habituel est celui d’une famille unie ou qui retrouve une certaine unité, surtout en ce beau jour. Cependant on ne peut pas faire fi de l’histoire qu’on a vécue, comme si de rien n’était. Emilie n’a pas vécu dans une famille unie. Il n’y a qu’elle qui puisse pardonner, et se rapprocher de son papa. En a-t-elle la force et les moyens ? Quels sont ses liens réels avec lui aujourd’hui? Tout cela est trop délicat et on risque de toucher à des blessures qui pourraient gâcher son mariage. Je vous invite à prier pour elle et à ne pas l’embarrasser avec cette question là. Si elle s’en ouvre, être simplement en écoute de sa blessure. Mais surtout pas en conseilleur.

En toute amitié