Accompagner l'enfant en deuil

Quand la mort survient, comment l'aborder avec un enfant ? Certains choisissent la confrontation, d'autres ne trouvent que l'issue du silence. Difficile d'assumer sa peine et de porter celle d'un enfant, ardu aussi de mettre des mots de foi alors que le deuil suscite douleur et révolte. La famille en questions nous propose des pistes de réflexion, des guides pour parents et éducateurs en vue d'aider la vie de nos petits.

Pour voir l'émission, cliquez sur ce lien:

KTO l'enfant en deuil

 

Aider un enfant à surmonter son chagrin


Les adultes ont du chagrin, les enfants aussi. Les enfants ressentent du chagrin lorsqu’un être cher disparaît et ce sentiment fait à jamais partie de leur vie.

Leurs réactions, toutes naturelles, peuvent déconcerter : La tristesse ou la colère, un sentiment d’insécurité mais aussi le déni sous forme d’indifférence, la peur de devoir également mourir.

Si le défunt est un des parents, la peur de perdre son propre bien-être, de ne pas savoir qui s’occupera de lui, la peur que l’autre parent ne meurt.

 

Le rôle de l’adulte aimant

La réaction d’un adulte à la perte d’un être cher a beaucoup d’influence sur celle de l’enfant.

Lorsqu’un décès survient, les enfants ont besoin de l’affection, de l’indulgence et de la compréhension que des adultes aimants peuvent leur apporter.

Le plus important est d’entourer et de rassurer l’enfant. Il doit être sûr qu’il continuera à être aimé.

 

Parler de la mort aux enfants

Les adultes qui sont prêts à parler ouvertement d’un décès permettent aux enfants de comprendre que le chagrin est un sentiment naturel lorsque quelqu’un disparaît. Les enfants ont besoin que les adultes leur confirment qu’il est normal d’être triste et de pleurer et que la peine qu’ils ressentent maintenant ne durera pas toujours.

Si on les ignore, les enfants souffriront plus du fait d’être tenus à l’écart que de la disparition elle-même. Pire encore ils se sentiront abandonnés à leur chagrin.

 

Suscitez les questions sur la mort

Patiemment, les adultes doivent répondre aux questions dans un langage que les enfants peuvent comprendre. Ils n’ont pas à s’inquiéter s’ils ne trouvent pas toutes les réponses. Celles-ci ne sont pas importantes ; elles montrent plutôt que les adultes sont à l’écoute.

Les enfants pourront répéter leurs questions indéfiniment. Répéter leurs questions et obtenir des réponses les aident à comprendre la perte de l’être aimé et à s’y habituer.

 

Etablissez une relation d’aide

Soyez sensible et chaleureux. Faites attention au ton de votre voix, maintenez un contact visuel lorsque vous parlez décès. Faites savoir aux enfants que leurs sentiments seront acceptés. Les adultes ne doivent ni juger ni critiquer leurs attitudes. Les enfants ont besoin de savoir que les adultes souhaitent comprendre leur point de vue. Ils ont l’impression qu’on leur dit : ‘’tu es quelqu’un d’important, tes sentiments seront respectés.’’

L’adulte, lui, ne doit pas cacher ses sentiments, chagrin, colère, culpabilité ou révolte mais ne pas s’appuyer sur l’enfant pour surmonter sa détresse.

 

Tirer une leçon du chagrin

Avec de l’amour et de la compréhension, les adultes peuvent guider les enfants dans ces moments où ils sont vulnérables et faire de cette expérience un moment précieux de la croissance et du développement de l’enfant.

 

Quelques conseils

Examinez les comportements de l’enfant. N’essayez pas de trouver trop vite des explications. Souvent il vaut mieux poser des questions qui déboucheront sur d’autres interrogations que de trouver des réponses rapides. Ne vous attendez pas à ce que les réactions soient immédiates et évidentes. Soyez patient et disponible. Lorsque vous parlez de la mort ou du défunt utilisez un langage simple et direct

S’il est aimé et compris, si on lui dit la vérité et qu’on lui donne la possibilité de dire ses sentiments, l’enfant qui expérimente la perte d’un être cher, aura l’occasion d’en apprendre non seulement sur la mort mais aussi sur la vie.

D’après un document de  la Fabrique du cimetière de Notre Dame des Neiges Montréal et Françoise Glorion( les chemins du deuil)