Les sectes, danger! Comment s'en libérer? Est-ce que l'Eglise est une secte?

600 groupes sectaires sont recensés en France, touchant plus de 500 000 personnes. Les sectes sont présentes partout : coaching, formation professionnelle, nutrition, musique, psychologie, médecines ... D'autres se présentent comme des Eglises en cherchant de nouveaux membres chez les chrétiens. Comment les familles peuvent se protéger contre les sectes ? Comment les reconnaître ? Comment l'Eglise peut elle y aider ?

Cliquez sur le lien pour découvrir l'excellente émission de KTO:

KTO Sectes 

 

 

Pour lutter contre les dérives sectaires, vous pouvez consulter l'organisme gouvernemental ci-dessous:

MIVILUDES

 

Les critères de la dérive sectaire

 

Respectueux de toutes les croyances et fidèle au principe de laïcité, le législateur s’est toujours refusé à définir les religions. Pour les même raisons, il n’existe aucune définition des notions de "secte" ou de "dérive sectaire".

Face à l’impossibilité de définir ces notions, la commission d’enquête parlementaire de 1995 a retenu les critères suivents pour les appréhender et les caractériser :

– la déstabilisation mentale ;

– le caractère exorbitant des exigences financières ;

– la rupture avec l’environnement d’origine ;

– l’existence d’atteintes à l’intégrité physique ;

– l’embrigadement des enfants, le discours antisocial, les troubles à l’ordre public ;

– l’importance des démêlés judiciaires ;

– l’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels ;

– les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.


Déceler l’influence sectaire dans le comportement d’un proche

- l’adoption d’un langage propre au groupe ;

- la modification des habitudes alimentaires ;

- le refus de soins ;

- une situation de rupture avec la famille ou le milieu social ;

- un engagement exclusif pour le groupe ;

- une soumission absolue, un dévouement total aux dirigeants ;

- la perte d’esprit critique et la réponse à toutes les interrogations existentielles.


Comment réagir ?

- s’informer sur le groupe fréquenté par la personne : ses rites, sa philosophie, son vocabulaire ;

- respecter la personne et tenter de lui faire prendre conscience des contrevérités dans les doctrines proposées ;

- rester ouvert au dialogue et ne pas la culpabiliser.

 

Maintenir le lien

- en entretenant des contacts aussi fréquents et amicaux que possible ;

- en valorisant ce qu’elle représente pour son entourage familial et social ;

- en évoquant les souvenirs positifs partagés.

 

Être prêt à l’accueillir si elle décide de sortir du groupe