L'embolisme

L'embolisme

 

Entre la fin du Notre Père et l’acclamation de l’assemblée « à toi le Règne, la Puissance et la Gloire », le prêtre intercale normalement une prière avant de demander la paix. C’est tout simplement le fait que cette prière soit « placée entre » - en grec em-ballein - qui lui donne ce nom peu répandu d’embolisme. C’est une prière de transition. L’embolisme développe ici la dernière demande du Notre Père - Délivre- nous de tout mal, - et introduit la prière pour la paix - et donne la paix à notre temps. Dans cette prière, le président invoque encore la miséricorde pour nous libérer du péché, nous rassurer devant les épreuves, et tendre vers le bonheur parfait. Pour le chrétien, ce bonheur se confond avec l’avènement de Jésus-Christ, notre Seigneur à qui appartiennent éternellement le Règne, la Puissance et la Gloire, comme l’acclame alors l’assemblée. Ainsi placés sous la protection du Seigneur, nous pouvons alors lui demander la paix pour le monde.